Archives de
Catégorie : Restaurants Paris

Urfa Durum,Sandwich Kurde

Urfa Durum,Sandwich Kurde

A Paris, la rue du Faubourg Saint-Denis regorge de bars et de restaurants en tout genre… Cette rue, c’est un peu un monde à part, une sorte d’ailleurs. C’est justement ailleurs que la petite gargote Urfa Durum vous entraîne.  Le mini restaurant est parsemé de petits sièges traditionnels pour vous asseoir le temps d’un sandwich fait d’un pain traditionnel maison.

Lire la suite Lire la suite

El Picaflor, le colibri parisien

El Picaflor, le colibri parisien

El picaflor est un des quelques restaurants péruviens de la capitale, et comme au pays, la carte est entièrement en espagnol… de cette manière, pas de dépaysement après un voyage au Pérou, on reconnait tous les plats que l’on a goûté sur place!

Les murs en pierres de la salle en sous-sol donnent un certain charme au lieu qui ne peut être que renforcé par le petit accent latino du maître des lieux venant prendre votre commande.

El picaflor-3Une carte d’entrée, plats et desserts bien fournie que complète une carte de vins sud-américains, de cocktails nationaux (dont le fameux Pisco Sour qui sera la vedette d’un prochain article) et de boissons sucrées typiquement péruviennes. D’ailleurs cette carte est bien l’image des nombreuses et diverses fleurs que butine en quantité le Picaflor (ou colibri) grâce à ses ailes rapides, c’est-à-dire composée d’innombrables plats aux multiples couleurs et influences.

Les trésors picafloresques du menu

Entrées

El picaflor-15Papas* a la huancaina* : Pommes de terre cuites à la vapeur ou manioc frit avec sauce piquante au fromage.

Cevichito* de pescado*: Lamelles de poisson cuit au citron vert et épices péruviennes, servies avec des pousses de salade et patates douces. (photo d’un ceviche mixto avec poisson et fruits de mer en tête de l’article)
Sopa de quinua* : Potage de quinoa et petits légumes (photo ci-dessus)

Plats

El picaflor-8Tamales : Pâte de maïs (ressemblant à la polenta) farcie au poulet, œuf, olives, piment, cuite dans une feuille de bananier (photo ci-contre)

Lechon* al horno* : Cochon de lait cuit au four servi avec des pommes de terres et salade

Aji de lacayote* : plat en sauce à base de courge, cuisiné avec des pommes de terre, du maïs, des fèves et du fromage de brebis.

Chicharones de cerdo*: Rillons de porc frits, avec frites de manioc et salade d’oignons.
Chupe* de camarones* : Soupe épaisse de crevettes, poissons et gambas
Pescado* relleno* : Poisson farci agrémenté d’une sauce épicée dite “huacatay”

Desserts

El picaflor-25Alfajores : biscuits fourrés à la confiture de lait ou dulce de leche… (photo ci-contre)

Arroz* con leche* y mazamorra* morada* : Riz au lait et compote de maïs violet

Pour les autres desserts, l’ingrédient principal est le lucuma, fruit péruvien.

Delicias de lucuma y quinua : Crème de quinoa et mousse de Lucuma arrosées de chocolat sur un lit de miel de café au Pisco.
Capricho* de lucuma : Crème et mousse de lucuma, arrosées de miel de café pisco (photo ci-dessous)El picaflor-27

NB : pour plus d’informations sur les ingrédients et les plats, se référer à l’article sur la gastronomie péruvienne.

Oui mais parmi tout cela, qu’y a-t-il de bon à butiner au Picaflor ?

Il se trouve que tout est bon et original mais bien sûr, quelques recommandations pour les novices en gastronomie péruvienne s’imposent :

Entrée ou plat : Le ceviche mixto ( comme le ceviche de pescado mais avec plusieurs types de fruits de mer)

Plats : Les tamales et aji de lacayote

El picaflor-26

Dessert : Delicias de lucuma y quinua (photo ci-dessus) et capricho de lucuma

Pour tout goûter, le menu trilogie est fait pour vous ! trilogie d’entrée, trilogie de plats, trilogie de desserts… (causa, papa a la huancaina, cevichito // ceviche de pato, aji de gallina, chancho al horno)

El picaflor-9

Prix

Entrées 7-8€ ou 12-14€
Plats 15-16€ ou 18-22€
Dessert 7-8€

Par ailleurs, le restaurant s’est distingué à plusieurs occasions

  • Décoration de l’Ordre du Mérite Péruvien pour la diffusion de la gastronomie péruvienne.
  • « El Picaflor » c’est avant tout un restaurant péruvien mais aussi un service traiteur et une épicerie péruvienne.
  • « Décoré en 2011 par le Pérou pour la promotion de la gastronomie péruvienne en France »
  • « Le meilleur restaurant péruvien de Paris » Guide du routard (est-ce que c’est véritablement gage de qualité ? peut-être pas, mais surement signe d’authenticité…)
  • « 1er prix au concours international de la pomme de terre 2008 » (et oui, ce concours existe ! ;))

 

Informations pratiques

9 rue Lacépède, 75005 Paris, M place Monge

Testé en septembre 2014

 

*Lexique

Arroz : riz
Camarones : crevettes
Capricho : caprice
Cerdo : porc
Cevichito: petit ceviche plat frais de poisson ou fruits de mer cru cuits par du citron.
Quinua : Quinoa, céréale des Andes
Chupe : soupe épaisse
Facts sheet : Fiche d’informations
Horno : four
Huancaina : à la mode de Huancayo (ville péruvienne du nord)
Lacayote : courge sud-américiane
Leche : lait
Lechon: Cochon de lait
Mazamorra : pâte des Maures
Morada : violet
Papas : pommes de terre
Pescado : poisson
Relleno : farci

Souniourew, un sénégalais authentique

Souniourew, un sénégalais authentique

En wolof, Souniouréw veut dire “notre pays” et cela on l’a bien retenu! Merci à notre grand gastronome devant l’éternel, Pierre, qui nous a mené dans ce petit bijou d’exotisme… Peuplé de Sénégalais et de 4 blancs (nous, les testeurs), ce restaurant est bien décoré, bien mis en musique, avec une carte bien achalandée… le tout dans un quartier bien sympa de Paris à découvrir et redécouvrir.

La carte propose des spécialités sénégalaise, parfois revisitées et parfois non mais la qualité est toujours au rendez-vous. Nous avons testé plusieurs plats, voici quelques photos et commentaires:

Dans la liste des spécialités pour les plats principaux:

photo plat yangyang 2Thiebou Diene:
poisson au riz et à la tomate (photo en titre de l’article). Un poisson entier, rien de moins… accompagné d’une julienne de tomates et oignons revenus à la poêle et deux petits tas de deux sauces aux goûts très originaux mais difficilement identifiables…

Agneau à la sénégalaise:
agneau en ragout (photo ci dessus) servi avec un riz au grain court cuisiné avec un sauce très gouteuse. les amateurs d’agneau adoreront ce plat riche en saveurs.

dans la deuxième partie des plats principaux:

Poisson au mil:photo plat Aure
poisson du jour (et entier bien sûr) accompagné de mil et d’un petite sauce tomate/oignons (photo ci-contre). Des crudités complètent l’assiette bien garnie qui propose des textures différentes (peau du poisson croustillante, chaire moelleuse, mil légèrement granuleux mais très doux, oignons et tomates fondants, crudités craquants…) et de belles couleurs.

Certaines spécialités doivent être goutées à tout prix pour se rendre compte de ce qu’est la cuisine sénégalaise:

– Boissons: jus de baobab (jus extrait de l’intérieur creux du fruit du baobab, cet arbre majestueux des savanes africaines) et jus de bissap (jus rouge/rose foncé issu de la fleur de bissap)

– entrée: les accras (vraiment excellents, bien assaisonnés, croquant en superficie et moelleux à l’intérieur)

– plat principal : poisson ou viande, comme vous préférez… mais essayez de choisir un plat accompagné de mil et ou d’aloko (banane plantain frite), c’est vraiment typique et original pour un palais européen. sachez tout de même que le plat sera de toute façon très très copieux!

Les + santé:

– Le jus de bissap renferme plusieurs propriétés bénéfiques. Ce jus rose au goût acidulé, légèrement sucré et persistant sur le palais est élaboré à base de calices de Roselle ou Oseille de Guinée. Le jus de bissap a une forte teneur en calcium et en fer. C’est un bon remède contre l’ivresse grâce à  ses caractéristiques anti-inflammatoire et de fluidification du sang. Le pigment rose des fleurs a une capacité antioxydante intéressante pour le renouvellement de la couche superficielle de la peau et son élasticité. [1]

– Le jus de baobab recèle lui aussi quelques trésors médicinaux. C’est en fait la pulpe du fruit du baobab, qui mélangée à de l’eau, donne ce que l’on déguste a Sounouriew, le « jus de Bouye« . la pulpe de baobab est 4 fois plus puissante qu’un kiwi, 10 fois plus qu’une orange, 15 fois plus qu’une pomme. [2] Avec tout cela, inutile de vous dire qu’il améliore l’élasticité de la peau l’adoucit et la conserve…

Informations utiles:

25 rue Jean Moinon, 75 010 Paris. M Belleville ou M Colonel Fabien

www.souniourew.com

Testé le 22 août 2014

Sources:

[1] http://www.web-libre.org/dossiers/karkade-bissap,9032.html

[2] http://www.plantes-et-sante.fr/article/soigner-phytotherapie-pulpe-baobab.html?page=1

Lengué, des tapas japonais à Paris

Lengué, des tapas japonais à Paris

Lengué, au cœur du 5eme arrondissement de Paris, vous propose une gastronomie japonaise à laquelle les nombreux restaurants de sushi/yakitori ne vous ont pas habitué… Vous trouverez ici un raffinement culinaire qui n’a rien de comparable avec votre petit japonais de quartier habituel.

Accueil sobre et discret, décoration soignée, ambiance tamisée, plats simples à élaborés mais toujours en finesse et une vaisselle magnifique sert d’écrin à ces petits plats qui ressemblent à des bijoux culinaires…

Lengué est un Izakaya, c’est à dire un établissement où se retrouvent originalement les collègues après le travail pour boire un verre et l’accompagner de quelques plats. Un peu à la manière de tapas, on place les plats au milieu et on les partage, ce qui est peu courant dans les habitudes culinaires japonaises.

Vous pourrez découvrir la cuisine japonaise sous un autre angle que la soupe de nouille ou le sushi… plats avec viande, poisson ou végétariens, plats chauds ou froids,  il y en a pour tous les goûts!

La carte des boissons propose des thés, des jus de fruits mais aussi du saké et des cocktails aux accents japonais avec l’agrume Yuzu ou l’alcool de prune Ume Shu…

 

Informations utiles:

Les prix ne sont pas prohibitifs mais l’addition peut s’avérer salée en fonction du nombre de tapas que l’on partage…

31 rue de la parcheminerie, 75 005 Paris. M Saint Michel, M Cluny-La Sorbonne, M Odéon

www.lengue.fr

Testé en Mars 2014.